lundi 4 février 2008

La chauve-souris est-elle dangereuse ?

En abordant le chapitre de la chauve-souris. Il nous paraît utile de procéder tout d’abord à sa réhabilitation. Ou du moins d’y collaborer. Car cette bestiole. Parfaitement inoffensive et éminemment utile. Ne souffre plus que rarement de mauvais traitement. On n’en aperçoit plus guère de crucifiées vivantes sur des portes de granges ou d’habitation pour servir d’épouvantails à leurs congénères et les écarter ainsi des lieux habités où elles apportent. Chacun sait cela. Le malheur et le mauvais œil. Ces superpositions stupides sont en régression : mais une répulsion physique, irraisonnée, persiste à faire passer la chauve-souris pour un animal dangereux, hideux et répugnant. Cela tient à un défaut d’observation et même à une absence totale d’observation. On n’ose pas regarder les chauves-souris de prés. Ou on n’en a pas l’occasion, et de grossières erreurs sont formulées et perpétuées à leur sujet. Cette ignorance et cette prévention viennent en grande partie de ce qu’il s’agit d’un animal nocturne. Et que l’homme porte en lui la terreur atavique, ancestrale, des ténèbres et de tous les êtres qui vivent et circulent la nuit.
Cette crainte instinctive. Cette aversion ne tiendraient-elles pas aussi au nom lui-même, qui évoque le rat, animal répugnant, et une nudité qui ne correspond pas à la réalité ? La chauve-souris a, au contraire, un pelage fin, très doux, une petite fourrure très fournie.
On l’accuse encore d’être munie de griffes dont elle se sert pour s’accrocher aux cheveux ! Où et comment a pu naître une pareille légende, on se le demande : car, si la chauve-souris est en effet pourvue de petites griffes fines et fragiles, qui lui servent à se suspendre aux voûtes et aux parois rocheuses, jamais cette bestiole timide, craintive, n’ose s’approcher de l’homme, et encore moins se poser sur sa chevelure. D’autre part, l’adresse de son vol, dans l’obscurité comme au grand jour, n’est jamais en défaut et la met à l’abri de pareilles maladresses et imprudences.
La chauve-souris exhale une odeur repoussante. Disent ceux qui, ayant visité une grotte fréquentée par ces chiroptères, ont eu leur odorat incommodé par une odeur musquée qui se dégage de ces cavernes. C’est ici le cas de faire remarquer qu’il ne faut pas prendre l’effet pour la cause : car, si le guano de chauve-souris, qui existe parfois en accumulation incroyables dans les grottes, a une odeur désagréable, encore que très supportable, la chauve-souris, elle , est exempte de toute émanation, parfaitement propre et inodore, comme on peut s’en convaincre aisément en prenant l’animal dans la main.
Mais ses ailes sont nues, dira-t-on encore, et cela est affreux. Oui, elles sont nues, étant formées d’une membrane, non pas sèche, parcheminée et comme morte, mais soyeuse, translucide, finement irradiée de vaisseaux et de nerfs et dont l’armature flexible est une merveille…

5 commentaires:

Kidikoi a dit…

Ah! ça me rassure, parce qu'en ce moment même il y en a une petite (toute mignonne d'ailleur) qui est dans ma chambre et qui ne semble pas vouloir en sortir. Je garde la fenêtre ouverte, au cas où :)

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec se paragraphe, sauf que vous avez oubliez de mentionnez le comment faire sortir cet animal de chez soit, alors en ce moment meme je pense en faire sortie un car je n'ai pas bien pu le suivre du regards, par-contre j'ai tout fermer et allumer la lumière dans le balcon en laissant la porte grand ouverte...espérant qu'elle s'en est rendu compte que sa liberté lui est rendu ;)

Anonyme a dit…

Sa me rassure mais ce n'est pas pour autant que je les aimes elles sont horrible.

Anonyme a dit…

Est-ce que sa attrape les cheveux ?! SOS réponder vite

Anonyme a dit…

c vrai ce qu il raconte elles sont pas dangeureuse?